“Je m’en revins par la Double, pays sauvage du Périgord de cinq lieues de largeur sur six de longueur, rempli de brandes, de bruyères, d’étangs, de bois de chênes ou taillis, impraticables si ce n’est aux sangliers, aux cerfs, biches, chevreuils et loups. Pays de chasses et de verreries, où les châteaux, les villages et leurs églises sont bâtis de charpente et de torchis, couverts de paille.”
— Lagrange-Chancel, 1730